Le cadre Montparnasse et la modernité

Le cadre Montparnasse tient son nom du quartier parisien où il vit le jour, au début du XXe siècle. Détrônant Montmartre, le quartier Montparnasse était à ce moment-là devenu le centre de la vie artistique parisienne. Les artistes de la Première Ecole de Paris y viennent installer leurs ateliers, et développent une nouvelle peinture, libérée des carcans de la peinture académique. Cette nouvelle peinture, plus expressive et colorée, a besoin d’un nouveau type d’encadrement pour la mettre en valeur car les bordures en stucs dorées du XIXe siècle ne lui conviennent pas.

Les cadres Montparnasse marquent le retour du bois sculpté dans les encadrements. Leur patine, souvent claire, et leur aspect volontairement grossier et nerveux sont mieux adaptés aux œuvres modernes.

Le décor des cadres Montparnasse est totalement inédit : il reprend le répertoire décoratif des époques précédentes (principalement du style Louis XIV) tout en étant à la recherche d’un aspect brut, vieilli, imparfait. Le travail du sculpteur et de la patine participent à cet effet : le cadre en bois est enduit de plusieurs couches grossières blanc de Meudon et de colle, parfois mélangée à des pigments dans les tons verts, gris, bleus ou bruns. Les coups de pinceaux y sont parfois encore visibles.